Temps de lecture : 3 min

Narcissiques, possessifs, jaloux maladifs, manipulateurs, violents, alcooliques… Parfois, on se trouve toujours attiré par le même type de personne, et entraîné dans un schéma destructeur qui ne s’interrompt que pour recommencer de plus belle, avec un nouveau ou une nouvelle partenaire.

Sortir de ce cercle vicieux est difficile, mais possible : ce n’est pas une malédiction ! Toutefois, pour trouver le vrai amour, celui qui dure et qui nous fait du bien, il faut comprendre les mécanismes qui nous poussent à aller voir du côté obscur.

L’attrait du familier

« Le cœur a ses raisons que la raison ignore », dit-on parfois pour expliquer nos choix amoureux désastreux. Il est vrai qu’aller encore et encore vers des partenaires peu fiables, voire toxiques, n’est pas raisonnable. Toutefois, c’est rarement un hasard. On ne « tombe » pas sans arrêt sur des hommes et des femmes qui se ressemblent : on les choisit inconsciemment parce qu’ils nous sont familiers.

Au cours de l’enfance et de l’adolescence, nous nous construisons une vision du monde, influencée par le couple formé par les parents, par la société, et par les expériences que l’on vit. Ces modèles nous suivent ensuite dans notre vie d’adulte. Dans la plupart des cas, ce n’est pas un problème, et cela peut tout fait aboutir à des relations longues et épanouissantes. Le problème, c’est que l’on se conforme toujours à ces modèles, même quand ils sont dysfonctionnels.

Un véritable processus d’auto-sabotage

L’existence de ces schémas inconscients explique bien des relations délétères. Par exemple, un enfant qui a été élevé par une mère qui n’a cessé de le rabaisser peut grandir en pensant que l’amour, c’est une constante litanie de reproches et d’insultes.

Une fois adulte, la personne se retrouvera irrésistiblement attirée vers des partenaires qui, à leur tour, la dénigreront. D’autres choisiront toujours des compagnes et compagnons qui refusent de s’engager, des menteurs ou menteuses invétérées, des personnes infidèles, et pire encore.  Quel que soit le défaut qui nous attire, le résultat est le même : les relations se terminent mal, elles se suivent et se ressemblent.

change

Aller jusqu’au bout pour changer

Pour commencer à sortir de l’engrenage infernal, il faut de l’introspection et du recul ; pour certains, il faudra donc toucher le fond avant d’envisager s’émanciper des relations toxiques. La thérapie est un formidable outil : on y établira un profil des personnalités vers lesquelles on est attiré, afin d’identifier leurs points communs et de dresser une liste des signes qui doivent alerter.

Ce n’est toutefois pas une recette magique ; il peut y avoir récidive, ce qui ne doit pas affoler. Avoir pris conscience du cercle vicieux dans lequel on est entrainé est le premier pas vers la délivrance.

Adopter une nouvelle vision de l’amour

Réfléchir sur ses partenaires, c’est aussi réfléchir sur la vision que l’on a de l’amour. Certaines femmes sont par exemple attirées vers des hommes violents, parce qu’elles associent virilité et domination. La gentillesse, considérée comme une faiblesse, n’est pas une qualité qu’elles recherchent. Il ne faut toutefois pas tomber dans l’excès inverse, et attendre un prince charmant qui ne viendra jamais. Pour trouver l’amour, il faut donc interroger notre vision manichéenne de l’autre et sortir des préjugés.

Pour être bien à deux, il faut apprendre à être bien seul !

Le plus important, pour avoir des relations saines et sereines, c’est de se sentir bien avec soi-même. Il ne faut pas compter sur son ou sa partenaire pour « réparer » tout ce qui ne va pas dans notre vie : le couple idéal, ce sont deux personnes heureuses séparément, qui seront encore plus heureuses ensemble !

Ce n’est donc pas l’autre qu’il faut guérir ou réparer, mais soi-même, en cherchant les réponses à des questions essentielles : est-ce que j’ai un regard positif sur moi ? Est-ce que je suis en paix avec mon passé ? Est-ce que je sais m’apprécier au quotidien ? Mes choix sont-ils en accord avec mes valeurs ?

Il faut aussi se déculpabiliser. On ne sort pas du jour au lendemain d’un engrenage qui dure parfois depuis des dizaines d’années. Laissez-vous du temps, et dites-vous que l’on apprend à chaque rencontre : pour trouver la bonne personne et regarder vers l’avenir, il faut scruter son passé et savoir tirer des leçons de ses échecs.

Pin It on Pinterest

Share This